Coccolithes

Projet  «Coccolithes»  réalisé dans le cadre de «l’Année internationale de la Lumière 2015» à Grenoble.

LE COCCOLITHE – HISTOIRE D’UNE VIE PARTICULIERE

(du grec κοκκος « pépin », λίθος « pierre »)
Les coccolithes sont des algues unicellulaires microscopiques, exclusivement marines. Ce sont des exosquelettes et c’est la forme de la plaque en pépin arrondi qui lui a donné son nom. Elle mesure entre un et dix micromètres de diamètre. C’est l’accumulation de coccolithes qui forment les coccosphères.
Celles-ci sont sédimentées dans les fonds marin, et forment ainsi la craie.

LA MODELISATION-DESIGN DE BIO-INSPIRATION

La grande majorité des coccolithophores est photosynthétique. Les organismes phytoplanctoniques autotrophes sont particulièrement liés à la lumière, du fait de la photosynthèse qui utilise l’énergie lumineuse pour la production de composés organiques.

La quantité de photons disponible est fonction de la quantité, de l’intensité lumineuse mais aussi de la qualité de la lumière. Dans le milieu marin, la quantité de lumière pénétrant la colonne d’eau est fonction notamment de la profondeur et l’intensité lumineuse diminue en même temps que celle-ci augmente.

La régulation de la lumière pourrait, elle aussi, être liée à l’existence, la forme et le nombre de coccolithes. Ceux-ci sont soupçonnés de refléter les ultraviolets vers l’extérieur de la cellule, permettant une vie plus proche de la surface. D’autre part, les coccolithes pourraient suivant leur forme réfracter la lumière vers l’intérieur de la cellule permettant une vie en eau plus profonde.

L’objectif architectural du projet est de créer un paysage lumineux qui fait dialoguer des dimensions historiques, écologiques, émotionnelles, esthétiques, sensibles et poétiques du lieu.
« Coccolithes » est un espace de communication entre l’homme et l’ensemble de la rue Saint-Laurent et propose de revivre une expérience physique de la lumière.
A travers les relations entre la lumière et l’ombre et en mettant l’accent sur la perception visuelle nous racontons l’histoire du quartier autrement.

/Projet est réalisé grâce au  collectif Abat-Jour.

/Photos prises par Nicolas Géraud et Yann Lee.

Filed under